Tout comme la pêche en nymphe au fil, la pêche en nymphe au pompon souffre d’une mauvaise réputation. Pour les puristes, la pêche à la mouche au pompon, c’est en fait pêcher avec une nymphe sous une grosse mouche sèche imitant au mieux un flotteur  toulousain.

Parfois, on peut même se déboucher une bouteille de rouge et amorcer un peu pour pêcher au pompon tellement cette pêche est facile et reposante à pratiquer….

Le gros avantage de la pêche au pompon, c'est qu'un pompon ça se fait bien plus gober qu'un indicateur !

Je vais essayer de démonter tous ces clichés pour vous montrer que la “ pêche avec mouche indicateur ” est justement une pêche subtile dans laquelle l’analyse de la situation qui vous permettra de prendre plus de poisson.

Les gobages : c’était mieux avant, ou c'est mieux ailleurs !

Une fois de plus, tous ces clichés réducteurs sur les pêches en nymphe à l’indicateur pouvaient être vrais à la grande époque où les poissons gobaient tous les jours aussi bien sur la Dordogne, l’Allier, la Sorgue, l’Elorn, le Vieux Rhin, ou la Loue.

Je le répète encore une énième fois, mais pour prendre du poisson toute l’année en France, il faut complémenter votre pêche en sèche avec la pêche en nymphe.

Si vous voulez pêcher toute l'année des gros poissons en sèche, évadez vous vers des pays où les eaux sont moins polluées !

Si vous n’aimez que la pêche en sèche, alors déménagez en Laponie, aux U.S.A ou en Autriche, vous trouverez des rivières en bon état ou les insectes sont nombreux, et les éclosions massives, ce qui permet de pêcher en sèche quasiment tout le temps.

Les densités de populations sont fortes en Europe, et que l’on soit moucheur en Espagne, en France ou au Royaume Uni, on doit se contenter de pêcher des rivières où les populations d’insectes sont de moins bonne qualité que dans des milieux non pollués.

C’est triste mais c’est ainsi. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on retrouve tous les architectes de la pêche en nymphe moderne en Europe : les moucheurs Européens ont été forcé à devenir de bons nympheurs à cause du changement de comportement des poissons qui se sont mis à passer plus de temps à se nourrir sous l’eau.

Même de ma maigre éxpérience d'environ 10 ans de pêche à la mouche, je peux affirmer que ça "gobait " plus avant... Désolé d'être lucide !

Triste introduction pour vous présenter la pêche au pompon, mais il ne vaut mieux pas se voiler la face, et affirmer que pour la pêche en sèche en France, c’était mieux avant !

Vous avez encore des doutes sur le fait que les poissons gobent moins qu’avant ? Je vous met au défi de demander à n’importe quelle personne qui à pêché votre rivière il y à 50 ans si il ne voyait pas plus de gobages avant…

Croyez-moi que si je prenais d'aussi beaux poissons en sèche tous les jours, je ne pêcherais pas en nymphe... La réalité en est autrement !

Je vous laisserai analyser la réponse. Je parle bien sur de cas généraux, car il reste quelques exceptions en France ou la pêche en sèche peut se pratiquer très souvent, et je pense notamment à la Dordogne qui est une rivière qui “ gobent ” réguliérement.

Passez au pompon pour prendre plus de poissons !

Donc voici le constat : en 2016, vous devez maitriser la pêche en nymphe en plus de la pêche en mouche sèche pour prendre du poisson partout.

Figurez vous que la pêche au pompon est alors la meilleure méthode pour apprendre à pêcher en nymphe, puisque la pêche au pompon, c’est de la pêche en sèche, avec une nymphe en cadeau qui traine derrière votre mouche sèche transformée en indicateur.

Comme d’habitude, comprendre une méthode de pêche en nymphe demande beaucoup d’analyse et de logique, et il est difficile d’expliquer cela clairement dans des articles illustrés.

Rien ne vaut des heures passées à faire des tests avec sa gamme de mouches au bord de l’eau, encore faut il avoir envie de faire des noeuds et de changer ses montages pour comprendre comment “ pêchent “ vos mouches.

Je vais vous prendre des contre exemples pour vous expliquer ce qu’il faut faire pour prendre une bredouille retentissante lorsqu’on pêche au pompon.

Tout d’abord, prenez un diamètre de nylon sans réfléchir à son impact sur la descente de la nymphe.

Les ombres sautent parfois avec violence sur le pompon !

Ensuite, choisissez une mouche indicateur faite avec des matériaux médicocres qui va couler au bout de quelques dérives.

Si possible, prenez une mouche indicateur dont la tête n’a pas été vernie avec de la glue, ainsi votre mouche se détricotera rapidement.

Surtout, ne graissez pas votre mouche indicateur, car cela prend du temps et c’est pénible.

La touche finale pour être sûr de prendre une bredouille : ne graissez pas votre pointe, comme cela vous allez gorger votre mouche indicateur d’eau à chaque arraché, et vous allez rater le seul poisson suicidaire  de la journée qui se sera jeté sur votre nymphe au ferrage.

C’est facile d’expliquer la recette parfaite pour être mauvais à la pêche, mais pas si facile d’expliuer la bonne méthode… Surtout qu’il y a toujours plusieurs méthodes ! Je prends toujours la parti pris d’exposer ma propre méthode, et de bien vous notifier que d’autres méthodes existent. Par exemple, beaucoup pêchent au pompon avec le “ yo-yo “. 

Je n’aime pas cette méthode, car je n’ai pas confiance en la mouche indicateur coulissante. Cependant, beaucoup de moucheurs aiment ça et prenennt beaucoup de poissons avec cette méthode, chacun ses goûts !

Je vous invite alors à me suivre au bord de l’eau pour vous montrer étape par étape la manière dont je construis une ligne pour pêcher en nymphe au pompon.

Etape n°1 : le choix du diamètre de nylon

Commençons par mettre au jour une nuance : lorsqu’on pêche on fil ( voir cet article complet sur la pêche en nymphe au fil ), on utilise des nymphes plutôt lourdes qui réduisent l’influence du nylon sur la descente de la nymphe dans la colonne d’eau. Le choix du diamètre de nylon n’est donc pas un élément primordial dans la réussite dans la pêche en nymphe au fil.

A l’inverse, lorsqu’on pêche au pompon, on explore souvent des colonnes d’eau peu profondes ( entre 0,2 et 1,5 mètres de profondeur ) avec des nymphes légères ( bille tungstène 2 à 2,8 mm ) ce qui accentue l’importance du nylon dans la stratégie de pêche au pompon.

Gardez toujours ces notions de nuances lorsque vous changez de méthode de pêche en nymphe. Rien n’est pris pour aquis entre les méthodes, tout se redéfinit. Je pourrais vous tenir le même discours pour la pêche en nymphe à vue : je n’utilise que très peu les nymphes à bille qui peuvent faire fuir les poissons éduqués en nymphe à vue, alors qu’une nymphe à bille est un aimant à poisson dans les courants agités.

Donc comme je passe mon temps à enfoncer des portes ouvertes sur la pêche en nymphe, je vous redis que plus votre nylon est fin , plus votre nymphe va couleur vite.

Je pêche avec trois poids différents de nymphes lorsque je pratique la pêche en nymphe au pompon, généralement des nymphes pheasant tail bille 2 mm, 2,5 mm et 2,8 mm.

Je jongle entre ces trois nymphes sur 4 diamètres de nylon :  0.10 mm / 0.12 mm / 0.14 mm et 0.16 mm.

En général, dans 90% des cas, j’utilise les diamètres de 0.12 et 0.14 mm.

Trouvez vous un porte-bobine robuste et pratique, toujours à portée de main !

Mais lorsqu’on me pousse dans les éxtrêmes, je peux descendre sur un diamètre 0.10 mm lorsqu’il faut pêcher des eaux limpides et des poissons éduqués comme par exemple sur la Vis ou l’Albarine.

À l’opposé, j’ai eu la chance de pêcher des poissons trés énérvés comme les truites arc en ciel de la South Platte River aux U.S.A ou des truites dans des rivières Islandaises.

Dans ce cas de gros poissons combattifs, la pointe de nylon en 0.16 mm devient obligatoire pour ne pas “ se faire démonter par un paquebot ”.

Donc avant même d’ouvrir votre boite à mouche, en fonction de la configuration, vous devez choisir le bon nylon. Mes références habituelles sont les suivantes :

Nylon 0.12 ou 0.14 mm pour nymphe PT2 et PT5 en dessous du pompon indicateur

  • Nylon 0.16 mm pour nymphe PT3 et PT6 en dessous du pompon indicateur ( attention, nymphes assez lourdes à fouetter ) 

Les truites arc en ciel sauvage de cette taille méritent un diamètre 0.16 mm...

Etape n°2 : Le choix de la mouche indicateur

Je crois qu’on pourrait écrire une encyclopédie sur les mouches indicateurs… Pour résumer, une bonne mouche indicateur, c’est une imitation à la fois réaliste et très flottante…

Ce sera donc une mouche assez fournie car elle doit pouvoir être visible dans les courants agités.

Les caractéristiques d'une bonne mouche indicateur selon mon point de vue.

J’insisterai sur le fait que pour moi, une bonne mouche indicateur doit également être hydrophobique, c’est à dire que ses matériaux doivent repousser l’eau…

Après des années de différents essais, je me suis arrêté sur un mélange de matériaux naturels et synthétiques pour la construction de mes mouches indicateurs.

Je mélange donc du parapost et du chevreuil dans l’aile. Le toupet est également fait de parapost, et j’utilise du hackle grizzly pour un meilleur contraste.

Une bonne séléction de pompons est indissociable d'une bonne séléction de nymphes...

Le corps de mes mouches indicateur est fait d’un matériaux secret que j’ai mis des années à mettre au point, car il ne retient aucune forme d’eau : le métal. C’est en fait simplement le métal de l’hameçon qui fait offcie de corps, car j’ai remarqué avc les années que toutes les mouches indicateurs qui avaient des corps en dubbing prenaient plus ou moins  l’eau ( même graissées ) à un moment où un autre , et se mettaient à couler.

Ainsi mes mouches indicateurs de la série K sont uniquement constituées de parapost et de chevreuil, ce sont des matériaux qui ne retiennent pas l’eau, et qui sèchent rapidement après quelques coups de fouet.

Je vous le répèterai plus tard, mais mes mouches indicateurs ne pêchent pas bien sans être graissée.

Choisissez une taille de mouche-indicateur bien visible en fonction de l'agitation de la surface.

Si vous les utilisez en tant que mouches sèches, il n’est pas obligatoire de les graisser. Par contre, lorsque vous pêchez au pompon, la flottaison de la mouche sèche est restreinte par le nylon auquel est rattaché la nymphe, et nécessite d'être soutenue par de la graisse pour une bonne flottaison.

Si vous voulez à tout prix pêcher à l'indicateur sans éspèrer prendre un poisson en sèche sur votre pompon, alors prenez directement de la pâte flottante, ce qui est vraiment dommage...

Etape n°3 : Attacher la mouche indicateur

Je vous renvoie tout d’abord à la vidéo ci dessous qui vous montre comment je réalise une ligne pour pêcher au pompon.

Vous verrez alors que je réalise un des noeuds les plus simples pour fixer ma mouche indicateur. Il faut que ce noeud soit simple, solide et rapide à executer, car vous savez bien qu’il faut souvent changer de méthode de pêche en nymphe au bord de l’eau, il ne faut donc pas passer des heures a faire des noeuds.

Vous avez bien compris que la distance entre votre nymphe et la mouche indicateur est capitale. Je vous explique comment je choisis cette distance.

Rien de plus énervant qu'un anneau bouché... C'est pour cette raison que je vérifie que tous mes anneaux sont débouchés avant d'éxpédier mes mouches qui sont aussi mes propres mouches de pêche.

J’ai mis au point une méthode très compliquée qui se veut basée sur l’analyse de la profondeur. J’applique ensuite à cette analyse de la profondeur une déduction du poids de la nymphe au carré, et je prends ensuite le coefficient annuel de la crue décennale de la rivière en question. J’obtiens ainsi la bonne distance entre la nymphe et mon pompon pour pêcher la rivière. Je déconne bien sûr !

C’est très simple, comme je n’aime pas les choses compliquées, je met tout le temps 10 cm de moins que la profondeur de l’endroit de pêche. Si il y a 1 mètre de fond, je mets 0,9 mètres entre ma nymphe et mon pompon.

Mince alors, j’ai encore enfoncé une porte ouverte… Passons à l’étape suivante !

Etape n°4 : Le choix de la nymphe

Bon, alors… Je vais dèja perdre la moitié de mes lecteurs quand je vais vous avouer une énième fois que je ne pêche qu’avec environ 30 nymphes, et que j’y crois de plus en plus année après années… Je ne vous ferai donc pas de poésie sur les nymphes que je choisis pour pêcher au pompon, ce sont simplement les 6 modèles de pheasant tail tungstène montées de mes mains.

Si les poissons sont éduqués, où l’eau claire, je reste sur du cuivre. Si l’eau est teintée où les poissons voraces, alors je passe sur de l’orange. Voila pour les couleurs.

Pour le poids, j’ai le choix entre 3 lestages  : 2 mm, 2,5 et 2,8 mm. Donc en général, je prends du 2 mm quand le fond est faible ( 0,2 à 0,7 mètres ) du 2,5 mm quand le fond est moyen ( 0,7 à 1,5 mètres ) et du 2,8 mm pour les grandes profondeurs.

Mais attention ! Tout cela n’est qu’une approximation, qui dépend de la vitesse du courant et du diamètre du nylon !

La pheasant tail tête cuivre reste mon pêché mignon quant il en vient à la pêche au pompon.

Et n’oubliez pas : certains jours, les poissons sont calés au fond, et la pêche au pompon ne marchera pas, il faudra alors “ marteler “ en nymphe au fil….

Etape n°5 : Le graissage de la mouche indicateur

Comme je l’ai précisé avant, une mouche indicateur " travaille "beaucoup plus qu’une mouche sèche, car elle à la lourde responsabilité de porter votre nymphe dans les courants, c’est donc votre mouche indicateur qui va vous permettre de prendre plus de poissons, alors prenez en soin !

Je vous renvoie à la vidéo ci dessous qui vous montre comment je graisse mon pompon.

Et en prendre soin, c’est la graisser régulièrement. Alors,  oui,  je sais, c’est vraiment chiant de graisser sa mouche indicateur toute les 30 minutes, mais on a rien sans rien !

D'abord les ailes...

En plus, pour compliquer la chose, la graisse tient trés bien quand il fait froid, mais moins bien quand il fait chaud… Donc ne soyez pas fainéant quand vous pêchez au pompon :  dès que ça flotte mal, re-graissez votre ligne.

Sinon, vous avez sûrement une connaissance qui connait un modèle de mouche indicateur assez réaliste pour se faire gober par une truite et qui ne coule jamais, à ce compte la, présentez moi  ce modèle, je serais vraiment intéréssé.

Puis les hackles...

Pour aller un peu plus loin dans les détails, il y à aussi une manière de graisser son pompon pour q’il flotte bien. C’est sûr que si vous effleurez votre pompon avec une larme de graisse, cela ne va pas vous aider a faire flotter bien haut votre pompon dans les courants agités. Il faut tout d’abord graisser le dessous du pompon, puis ensuite effleurer les hackles, et également graisser les ailes bien aérées.

Au fil des années, j'ai réduit mon équipement au maximum, mais la graisse reste capitale ! En tout cas, quel bonheur de pêcher sans gilet !

En fait, ce qui fait le plus couler le pompon en action de pêche, c’est surtout l’arraché final qui pousse l’eau à l’intérieur de la mouche, c’est pour cette raison qu’il faut également graisser toute sa pointe comme nous allons le voir maintenant…

Etape n°6 : Le graissage de la pointe

Bon, je vais vous faire une confidence, avant, je ne graissais que ma pointe en début de pêche, et j’avais vraiment la flemme de la graisser régulièrement. Depuis que je me suis motivé, je trouve que je pêche beaucoup mieux.

Que c'est pénible de pêcher sa pointe, mais qu'est ce que l'on pêche bien après !

Rien que pour faire de jolis mendings, le bas de ligne graissé est trés efficace. En fait, c’est un réel plaisir que d’avoir la totalité de sa pointe qui flotte bien haut sur l’eau, car tous les mouvements se trouvent alors plus précis.

Quand la moitié de la pointe et noyée sous l’eau, on ne contrôle vraiment pas grand chose, et les bons ferrages, c’est pas trop ça… N’hésitez pas non plus à bourrer la micro boucle avec de la graisse, et à insister sur le graissage de la jonction soie / bas de ligne.

Au fait : petite erreur à éviter, ne mettez pas de graisse avant le nylon proche de la nymphe sinon les poisson vont voir votre fil...

Voila, votre ligne est prête à pêcher au pompon, vous n’avez plus qu’à vous rendre au bord de l’eau et appliquer tous ces bons conseils !

Si vous avez la moindre question sur cette étude de cas où sur les produits vendus sur le site n'hésitez pas à me contacter en cliquant ici. Vous pouvez également m'envoyer un message par Facebook en cliquant ici pour me contacter.

A bientôt pour un nouvel article, et surtout n'oubliez pas : les truites et les ombres passent 90% de leur temps à manger sous l'eau !

Stan