Ça commence à faire froid, mais les ombres sont frais comme des gardons !

J’ai choisi la seule après midi ensoleillée de la semaine pour éspérer faire quelques heures de pêche en nymphe à vue…

Les niveaux sont toujours éxtrêmement bas, et les ombres sont bien visibles comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci dessous…

Je commence donc avec ma mouche céramique fétiche sur une pointe en 0.10 mm, car ces poissons sont solicités depuis quelques mois…

Pas de gobages en vue, le fond de l’air est bien sec, cela ne plait pas aux éphémères...

Je trouve rapidement un ombre en poste mais pas très actif. Le poisson ne se décale pas pour prendre des nymphes, mais il reste a l’affut de ce que peut lui apporter le courant…

Il se tient dans une colonne d’eau d’environ 1,5 mètres, et le courant soutenu m’oblige à aller sur une céramique lourde C9.

J’arbalète, j’opère un grand mending afin que ma pointe soit bien détendue sur l’eau, et le courant fait le reste, premier poisson pendu !

La suite de la partie de pêche n’a rien d’éffarant à raconter, car les poissons se jettent tous sur la même nymphe C9…

Le plus dur reste de les localiser au fond, car la luminosité du mois de Novembre n’est pas la meilleure pour pêcher à vue…

Le dernier poisson se tient quant à lui dans un trou très prodond, je dois donc monter en poids sur une nymphe T1 pour aller la chercher en nymphe à vue.

Des ombres pas aussi gras que sur la Loue, mais des poissons compris entre 38 et 42 cm, un régal en nymphe à vue !

Si vous avez la moindre question sur cette étude de cas où sur les produits vendus sur le site n'hésitez pas à me contacter en cliquant ici. Vous pouvez également m'envoyer un message par Facebook en cliquant ici pour me contacter.

A bientôt pour un nouvel article, et surtout n'oubliez pas : les truites et les ombres passent 90% de leur temps à manger sous l'eau !

Stan