Les eaux froides et le vent nous mettent la misère depuis une semaine dans le nord est, et même Yannick n’a encore pas fait sa dizaine de grosses truites au mois de Mars… Mauvais début de saison pour les moucheurs ! Il faut donc voyager pour trouver des conditions de pêche plus décentes…

Je décide donc d’aller faire un tour en Belgique pour voir l’ami Serge sur la fameuse rivière Vesdre. Serge est un compétiteur de renom, est c’est assez impressionnant d’aller pêcher avec lui, il faut être prêt à voir les poissons défiler…

Les niveaux sont seulement devenus bons, l’eau est froide et forte mais elle est claire. Serge m’a bien prevenu, la pêche reste toujours aléatoire sur la Vesdre en début de saison, et il pense que nous ne ferons que très peu de poissons avant que le soleil ne chauffe vers 11h. Si le soleil est extremement mauvais pour la pêche des truites dans les rivières du nord est que je fréquente habituellement, il en est tout autrement pour la Vesdre.

Comme le dis Serge, “ Les poissons de la Vesdre sont comme nous autres les Belges : très imprévisibles… Tu pourras prendre la plus grosse truite de la Vesdre sous un soleil d’enfer, et ne prendre aucun poisson un jour de pluie…”.

Serge me rapelle également l’historique de la Vesdre qui est une rivière ressucitée, car dans les années 80, la vesdre était simplement un égout qui accueillait les déchets de l’industrie florissante de la production de laine. Serge a vu le phénix renaitre de ses cendres, et la Vesdre est depuis quelques années une destination de choix pour la pêche des grosses truites…

Mais passons à l’action, il est environ 9 heures quand nous attaquons le premier courant. Je reste toujours borné à pêcher avec ma collection de 30 nymphes partout autour du monde, alors que Serge me confie que même après 20 ans de pêche à la mouche il fait evoluer ses modèles chaque année.

Il apprècie particulièrement faire evoluer l’emplacement et les couleurs des spots placés sur le corps des mouches, et n’hesite pas à aller sur des modèles de couleurs différentes en fonction de l’influence de la ville sur la Vesdre. Par exemple, il passera sur des mouches claires lorsqu’il pêche sous un pont ou les passants jettent du pain, et il pêchera avec des mouches brunes proches d’un égout ( vous m’avez compris pour le choix de la couleur… ).

Bref, Serge est un fin observateur qui se remet tout le temps en question, ce qui explique son niveau de pêche et son palmarès de compétiteur…

Je commence sur ce premier spot avec une nymphe T2 en en pointe et une pheasant tail de taille moyenne en sauteuse. Il est très tot et l’eau est encore froide, sans surprises, je ne toucherai aucun poisson dans ce poste… Serge reste en place dans l’eau et insiste, il touche dèja 2 poissons…

Je bats du terrain comme d’habitude car je n’aime pas rester statique dans la rivière, et j’arrive sous ce joli pont qui m’oblige a changer mes poids de nymphes pour prendre encore… Un grand rien…

Bientôt deux heures de pêche sans rien toucher, et Serge a deja pris 3 poissons…

Il m’amène sur un faux plat assez rapide qui mérite aussi une pêche en nymphe au fil, car la pêche au pompon ne fera pas deriver la nymphe assez profondément. Serge me dis d’insister dans la queue de courant…

Et voila une belle truite de la Vesdre prise sur la nymphe de pointe T1… Une truite un peu maigre mais à la robe remarquable.

Je fais deux poissons en wading, et pednant ce temps Serge en fait le double sans bouger…

Les poissons commencent a sortir et c’est une belle femelle d’ombre  ( vive le sans ardillon vu la gueule de ce poisson ! ) qui va bientôt se reproduire qui s’est jetée sur ma nymphe céramique tungstène.

Retour à l’eau rapide.

L’après midi, on monte encore plus à l’amont, et voila un courant prometteur…

Serge me met encore une correction, il fera une dizaine de truites dans ce courant, alors que je n’en prendrais que 3, mais don’t un très beau poisson au ventre rebondi qui m’a mis une bonne “peignée” !

Un poisson qui se gavait dans le courant, regardez la taille de sa panse !

Serge finira la journée avec 30 poissons, et moi environ la moitié…. Difficile de battre un champion ! 

A bientôt pour un nouvel article, et surtout n'oubliez pas : les truites et les ombres passent 90% de leur temps à manger sous l'eau !

Stan