Le concept que je vous propose sur le site Ceramic Flies est simple: vous présenter l’utilisation de ma propre gamme de mouches montées de mes mains. Mon autres boutique Carpat Flies est dédiée à l’innovation ou je vous propose des mouches originales montées par mon équipe de monteurs.

Si vous avez la moindre question sur cet article ou sur ma gamme de mouches, contactez moi par mail ou par téléphone en cliquant ici. Vous pouvez également m’ajouter sur facebook pour discuter en cliquant ici.

Nous pouvons également discuter emsemble pour établir une séléction de nymphes adaptée à votre rivière ou à votre destination de pêche, n’hésitez pas à me contacter pour discuter de cela par téléphone en cliquant ici tous les jours de 9 à 18h, sinon, laissez moi un message, je vous rapellerai.

La différence entre la pêche en sèche et la pêche en nymphe                     

On n’achète jamais une mouche de pêche au hasard, surtout lorsque l’on pratique la pêche en nymphe. Si le visuel de la mouche est capital lorsqu’on pêche en sèche, lorsqu’on pêche en nymphe, c’est une condition nécessaire, mais pas suffisante.

La pêche en nymphe est plus complexe, et je pense que 3 éléments capitaux font une nymphe efficace : 

  • Le visuel
  • Le poids de la nymphe
  • La vitesse de descente

Il vous est donc complètement inutile d’acheter une nymphe dont vous ignorez le poids, car vous ne saurez pas quelle technique mettre en oeuvre avec cette nymphe. Donc pour faire simple, 90% des nymphes vendues sur internet ne sont pas des nymphes faites pour pêcher, car leur poids n’est pas précisé. La plupart des nymphes vendues sur le marché sont des nymphes qui attrapent beaucoup de pêcheurs, mais peu de poissons !

La pêche en sèche reste la plus belle des pêches, mais la France est un pays spécifique où les gobages ont disparu suite à un manque d'insectes lié aux pollutions... D'où mon attrait forcé pour la pêche en nymphe !

Vous vous faites en général séduire par le visuel d’une nymphe, mais une fois au bord de l’eau, il vous manque de nombreux paramètres à connaitre pour prendre du poisson. Une boîte de nymphes, c’est beau, mais ça doit surtout être efficace !

Utiliser des nymphes demande une réfléxion qui va bien au delà du choix du visuel, car la pêche en nymphe est beaucoup plus complexe à mettre en oeuvre que la pêche en sèche ( encore faut-il habiter dans un pays où les rivières offrent encore assez de gobages pour pouvoir pêcher régulièrement en sèche ). Vous retrouverez donc tous les poids de mes nymphes dans les fiches produits de chaque modèle, puisque les nymphes vendues sur ceramicflies.com sont mes propres mouches de pêche, et je connais leur poids par coeur pour pouvoir les pêcher dans tous types de courants que je peux rencontrer au bord de l’eau.

Nympe lourde et/ou lisse 

J’insiste particulièrement sur la vitesse de descente des nymphes, car vous devez savoir qu’une nymphe peut être lourde, mais si son corps est fait de matériaux non lisses, elle va alors couler lentement. C’est d’ailleurs ce qu’on vous vend principalement sur internet : des nymphes lourdes avec beaucoup de dubbing. Une fois de plus, le visuel est splendide, mais est ce que ces mouches sont vraiment efficaces ? 

Mis a part les pheasant tail, toutes les nymphes que je vous propose ont un corps complètement vernis, ce qui leur permet de couler très vite. Cela apporte donc une réelle différence en terme d’efficacité de pêche, car votre nymphe arrivera plus vite au près du fond, et sera en action de pêche plus rapidement.

Je vous propose de mettre en avant votre réflexion autour de 7 modèles de mouches pour prendre du poisson dans toutes les situations.

C’est également pour cette raison que j’utilise toujours des nymphes céramique en pointe couplées à des nymphes pheasant tail en sauteuse lorsque je pêche en nymphe au fil. Je couple ainsi la vitesse de descente rapide de la céramique avec le réalisme de la nymphe pheasant tail sur la même ligne.

Ne pas mettre toutes ses nymphes dans le même panier !

Je vais donc vous exposer dans cet article ma propre vision de la pêche en nymphe qui me permet de prendre régulièrement des poissons tout autour du monde. Le modes d'emploi qui sont associées à chaque produit sont en fait le reflet de cette vision de la pêche en nymphe que j’ai construit au cours des 10 dernières années de pêche. Il y a de nombreuses visions de la pêche en nymphe, donc gardez bien à l’esprit que je vous présente sur ce site ma propre vision qui est dépendante de ma gamme de mouches de pêche et de mon approche de la rivière. Vous rencontrerez sûrement des pêcheurs à la mouche qui pêcheront avec d’autres types de nymphes, leur approche sera donc différente de la mienne.

Si vous rencontrez de bons pêcheurs, posez vous une question : est ce que ce pêcheur spécialise dans une technique, ou pratique t’il plusieurs techniques qui lui permettent de pêcher partout ? Car spécialiser dans une technique est à double tranchant : si l’on ne pêche qu’en nymphe au fil, alors on ne pêchera pas les lisses ou les faux-lisses. A l’inverse, si l’on ne pêche qu’en sèche ou qu’en nymphe à vue, on ne pêchera quasiment jamais les courants rapides. Pour moi c’est la polyvalence qui définit un bon nympheur.

C’est pour cette raison que vous retrouverez de nombreux partis pris dans mes choix stratégiques et mes certitudes présentées au fil des études de cas ( modes d'emploi associés à chaque produit ) car je mets toujours en avant la polyvalence. Un bon nympheur doit être aussi bien capable de prendre une truite en nymphe à vue en Nouvelle Zélande, qu’un ombre au pompon sur un courant de la Dordogne, ou une truite arc en ciel dans un torrent Américain. C’est pour cette raison que je ne spécialise pas dans une méthode de pêche en nymphe, mais à l’inverse, je jongle constamment avec 3 méthodes. Mon but est de pouvoir prendre du poisson dans environ 80% des cas que je rencontre à la pêche, et c’est déjà beaucoup ! Cependant, la méthode que je maitrise et que je pratique le moins reste la nymphe à vue.

Le meilleur moyen de vérifier qu'une collection de mouches fonctionne c'est d'aller la tester tout autour du monde !

Si l’on se spécialise en pêche en nymphe à vue, on ne pourra pêcher que les eaux claires. Si l’on se spécialise dans la pêche au fil graissé, on ne pourra pas pêcher les courants agités… Et bien sur, si on se spécialise dans la pêche en sèche, on ne pourra pêcher que quand les poissons gobent, soit environ 10% de leur temps passé dans l’eau ( en France ).… Bien sûr, il y a toujours les experts qui “ font monter “ les poissons en sèche, pour ma part, je ne vends pas de rêve, et je préfère rester réaliste sur le fait que les gobages malheureusement “ c’était mieux avant ” et que la pratique de la pêche en nymphe est devenue une obligation si l’on veut prendre du poisson régulièrement.

Attention à l’utopie des magazines de pêche !

Je vous préviens également tout de suite: vous pouvez parfois être interpelé par mon style d’écriture direct, et le décalage entre ce que vous allez lire sur mon site et ce que vous lisez dans les magazines de pêche à la mouche. J’assume tous mes partis pris.

Les magazines de pêche à la mouche ont pour but de plaire à tous les styles de moucheur, et vous y retrouverez des articles assez généraux avec un style plutôt lisse. Les magazines de pêche à la mouche doivent aussi toucher un maximum de lecteur dans la micro ( micro ) niche de la pêche à la mouche, et doivent donc fournir une part de rêve aux lecteur. Pour ma part, j’aime coller à la réalité. Je vous parlerai alors souvent d’emmêlages dans les branches, de noeuds à refaire, de kilomètres de berges parcourus pour prendre un poisson ou encore de poissons cassés ou décrochés…

Je préfère vous dire tout de suite qu’il faut être sacrement motivé pour démarrer la pêche en nymphe ( en France ), et ne pas vous vendre du rêve. Mon but personnel et de vous expliquer ma vision de la pêche en nymphe à travers des articles assez techniques où je vous rapporte mon éxpérience passée au bord de l’eau. Ma gamme de nymphe peut vous paraitre restreinte, mais j’insiste toujours sur le fait qu’il faut injecter beaucoup de réfléxion dans une nymphe pour qu’elle vous ramène du poisson ! Donc ne soyez pas déçu si mes articles parlent beaucoup de pêche en nymphe au fil et de pêche au pompon, car mon but est de vous permettre de prendre un maximum de poissons en pêchant en nymphe, et non pas de vous vendre du rêve.

Je vous proposerai toujours que 3 méthodes universelles de pêche en nymphe pour pouvoir vous concentrer sur la réfléxion et le choix des nymphes.

Je vous rapelle d’ailleurs la base de ma passion pour la pêche en nymphe : les truites et les ombres passent 90% de leur temps à se nourrir sous l’eau. Mon but premier quand je vais pêcher à la mouche est de prendre un maximum de poissons. C’est donc pour cette simple raison que je ne pêche quasiment qu’en nymphe.

Je referme donc ici ce court article qui vous à présenté ma vision de la pêche en nymphe, désolé si je vous ai heurté, au moins vous savez à quoi vous attendre !

Stan